Conseils aux voyageurs – Trek du Kungsleden

by 9 septembre 2015 • Trek en Laponie suédoise : KunglsedenTrek en Laponie suédoise : Kunglseden Commentaires fermés

1704

Mon budget

- Billet d’avion pour Kiruna via Stockholm avec Lufhtansa + SAS : 377 €

- Transports :  48 € (bus aéroport de Kiruna – Centre-ville : A/R 22 € + train Kiruna – Abisko : 13 € + bus Nikkaluokta – Kiruna : 13 €)

- Hébergement : 3 nuits en auberge à Kiruna : 105 €

- Repas + courses hors trek (Kiruna) : 40 €

- Ravitaillements sur place pour le trek (dans les refuges et à Kiruna) : 60 €

- Etape à Stokholm : 40 € (navette aéroport-centre ville A/R : 25 € + Repas et encas : 15 €)

- TOTAL : 670 €

Conseils divers (uniquement sur la partie Nord du trek Abisko-Nikkaluokta)

Hébergement

- A Kiruna, plusieurs solutions permettent l’hébergement avant ou après le trek. Pour ma part, je suis allé à la Yellow House (auberge avec chambre individuelle, cuisine, sauna, ménage à faire soi-même, tarif : 35 €).

- Réservez votre hébergement à Kiruna.

- Les refuges permettent de ne pas emporter de tente pour les randonneurs le souhaitant. Le tarif des refuges est d’environ 35-40 €. Possibilité d’avoir une réduction avec la carte STF (Swedish Tourist Association) à acheter à Abisko ou dans certains refuges. Rentable qu’à partir de 3 nuits dans les refuges.

- Vous prolongez votre séjour en Suède ? Trouvez des offres d’hébergements ou de circuits avec Voyage Privé.

Ravitaillement

- Il est possible d’acheter le ravitaillement, mais également la recharge de gaz pour le réchaud avant de commencer le trek, à Kiruna (Magasin Intersport : réchaud et autres accessoires de randonnée), Abisko et Nikkaluokta.

- Environ un refuge sur deux propose un ravitaillement. Le prix moyen d’un repas lyophilisé est de 8,50 € contre environ 5 € au Vieux Campeur, en France. Les repas lyophilisés achetés aux refuges étaient très bons.

- Prévoir 2-3 repas d’avance dans le sac ou bien repérer à l’avance les refuges proposant un ravitaillement. Les refuges proposant le ravitaillement (nourriture, gaz, hygiène, accessoires divers…) : Alesjaure, Salka, Kebnekaise et Nikkaluokta.

- Pour ma part voici ce que je consommais : un sachet lyophilisé de muesli le matin (4 sachets achetés en France) ou des fruits secs (achetés en France), des encas le midi ou en cours de journée (fruits secs ou wasa/pain/fromage acheté à Kiruna ou dans les refuges) et un sachet lyophilisé le soir (achetés en France et dans les refuges).

- De nombreux cours d’eau tout au long du trek permettent de se ravitailler. L’eau est très clair et très propre. Je conseille néanmoins de diluer une pastille purifiante par précaution.

Etapes

- Il est possible de parcourir le Kungsleden dans les deux sens mais la majorité commence par le Nord, à Abisko.

- Abisko-Abiskojaure : 13 km / dénivelé : +105 / 3-4h. Il est à priori interdit de camper dans cette première partie de trek, il faut donc continuer environ 3-4 km après Abiskojaure (un panneau signale la zone lorsqu’on la quitte).

- Abiskojaure-Alesjaure : 22 km / dénivelé : +330m, -40m / 7h.

- Alesjaure-Tjäktja : 13 km / dénivelé : +220m / 5h.

- Tjäktja-Sälka : 12 km / +150m, -300m / 5h. Risque de neige jusqu’en septembre au niveau du Tjäktjapasset, point le plus haut de la randonnée, à 1140m.

- Sälka-Singi : 12 km / -100 / 3-4h.

- Singi-Kebnekaise : 14 km / +120m, -150m / 5-6h.

- Kebnekaise-Nikkaluokta : 19 km /-220m /5h.

Orientation

- Aucune difficulté pour trouver son chemin, tout est bien balisé. Des points rouges permettent aux randonneurs estivaux de se repérer et des croix rouges sur les poteaux permettent aux randonneurs d’hiver (en skis ou raquettes) de trouver le chemin. Généralement les deux chemins sont similaires mais parfois ils se séparent sur plusieurs centaines de mètres ou quelques kilomètres, pour ensuite se retrouver.

- Le GPS est inutile.

- Une carte n’est pas nécessaire mais peut-être intéressante afin de mieux appréhender les étapes à venir et en cas d’expédition sur une journée sur les montagnes aux alentours, notamment pour grimper au sommet du Kebnekaise.

Difficultés / Désagréments

- Il y a très peu de dénivelé, donc pas de grosse difficulté physique pour les randonneurs pratiquant un peu de sport.

- Aucun risque lié à la présence d’animaux dangereux. Les seuls animaux qu’il est possible de croiser sont des rennes et des lemmings.

- Seule la météo peut compliquer un peu la marche avec des conditions parfois difficiles : vent, froid et pluie.

- Les moustiques peuvent devenir une véritable plaie, surtout en début de saison. Pour ma part, en septembre il n’y en avait plus, juste quelques-uns à Abiskojaure.

Hygiène

- Les refuges proposent des toilettes sèches.

- N’ayant jamais dormi en refuges, je ne sais pas si il y a des douches, mais ce qui est sûr c’est qu’il n’y a pas d’eau chaude.

- La rivière est le meilleur moyen de faire une toilette, qui sera sommaire étant donné la froideur de l’eau.

Variantes

- Il est possible de varier les étapes et de continuer au-delà des étapes prédéfinies par les refuges, surtout pour les bons marcheurs qui arriveront en milieu de journée à un refuge.

Logistique

- Pour rejoindre Kiruna depuis Stockholm il y a deux solutions : le train de nuit et l’avion.

- Depuis l’aéroport de Kiruna, prendre un taxi ou un bus/navette (10 €) qui s’arrête à deux pas du centre-ville. Si vous prenez un hébergement au centre-ville de Kiruna, il ne vous faudra pas plus de 10 minutes maximum pour le rejoindre depuis l’arrêt de bus. Prévoir une carte de la ville ou un GPS (sur smartphone) car la plupart des vols arrivent vers 23h, il n’y a donc personne dans la ville pour vous aider à trouver votre chemin vers votre hébergement.

- Pour rejoindre Abisko depuis Kiruna, il est possible de prendre le train (durée : 45mn, départs à 13h23 et 15h14, tarif : environ 13 €) ou le bus (durée : 1h, départ à 14h20). A priori il n’est pas nécessaire de réserver, même en haute saison.

- Pour rejoindre Kiruna depuis Nikkualokta il y a deux bus quotidiens (13 €). Il n’est pas nécessaire de réserver à l’avance.

Période

- La période de randonnée va de juillet à mi-septembre. Au-delà, les refuges ferment. Cette année, c’est au 22 septembre que les refuges fermaient.

- En juillet et août les traversées des rivières vous pousseront à mettre les pieds dans l’eau, les moustiques vous rendront la vie difficile, et le passage le plus haut de la randonnée vous obligera à marcher dans la neige. C’est également la période la plus fréquentée. En juillet vous aurez droit au soleil de minuit (pendant environ 15 jours le soleil ne se couche pas).

- En septembre les moustiques ont disparus, il n’y a pas de passage dans la neige mais le froid revient petit à petit. La fréquentation est raisonnable. Sûrement la meilleure période.

Aurores boréales

- Septembre et mars sont les deux mois les plus favorables pour l’observation des aurores boréales.

- Abisko, grâce son micro-climat favorable, est un lieu propice à l’observation des aurores boréales.

- C’est à Kiruna que j’ai eu la chance de voir les aurores boréales, grâce à un ciel dégagé, à minuit. Je suis allé sur une petite colline proche du camping vers le nord de la ville.

- Pour prendre en photo les aurores boréales, il faut impérativement un trépied et régler l’appareil photo sur le mode manuel ou priorité à la vitesse (environ 20 secondes). Essayez de faire une mise au point sur l’infini (hyperfocale), et ajustez ensuite les isos (préférez les isos faibles pour avoir le moins de bruit possible).

Documentation

- Site officiel

- Carte du Kungsleden : Abisko / Kebnekaise / Narvik: SE.F.BD06

- Livre : Kungsleden: The Royal Trail Through Arctic Sweden

 

Comments are closed.