Rizières, temples, lac… les trésors de Bali

by 15 septembre 2016 • Carnet de voyage BaliCarnet de voyage Bali Commentaires fermés

531

Jour 3- 17 juin 2016

La faible superficie de Bali est trompeuse. On ne visite pas l’ile en quelques heures. Ce serait oublier la qualité médiocre des routes et le trafic parfois chargé. C’est également sans compter les coins et recoins qui regorgent d’intérêts, et le désir de vouloir rompre avec notre quotidien habituel qui s’organise autour du temps. En résumé, nos 8 jours ne nous permettront pas de nous familiariser avec les quatre coins de l’ile, par manque de temps.

Les tours proposés par la Keliki Paint School sont intéressants car ils permettent de visiter plusieurs lieux de l’ile en une journée, et les frais peuvent être partagés si d’autres personnes se greffent aux tours.

Parmi le vaste choix, nous choisissons un programme qui nous amènera aux rizières de Jatiluwah, au marché aux épices, au temple de Baratan puis au Temple des singes.

L’activité touristique étant encore assez calme à Keliki, personne n’est venu s’ajouter à notre excursion. Nous ne serons que deux. Après 1h30 de route, nous arrivons dans un jardin géant : les rizières en terrasse de Jatiluwah et sa nature luxuriante.

Les rizières en terrasse de Jatiluwah

La chaleur bat son plein lorsque nous commençons à marcher dans un décor magnifique, entourés de rizières et d’arbres fruitiers à profusion que nous fait découvrir notre chauffeur-guide du jour. Malheureusement en cette saison, peu d’entre eux sont à même de nous offrir une dégustation. Parmi les fruits qui se plaisent ici : bananes, noix de coco, fruits du jacquier, mangoustans, papayes, goyaves, citronnelle, girofle, cacao, durians, caramboles, oranges, piments… Un vrai paradis bio. Sans le guide, impossible de savoir que l’on passe à côté de tel ou tel arbre fruitier.

518

528

533

535

544

546

Les arômes d’une ferme bio

A notre demande, notre chauffeur nous à conduit à une ferme où sont produits des fruits, des épices mais également du café, dont le fameux Kopi Luwak, que nous avions découvert à Sumatra l’an dernier. La spécificité de ce café repose sur ses cueilleurs, des civettes, qui sélectionnent et dégustent les meilleurs grains de café. Les sucs digestifs de l’animal apportent un arôme aux grains, qui sont finalement ramassés dans les selles de l’animal avant d’être nettoyés puis torréfiés.

A Bali, ce café est semi-organique, contrairement à Sumatra, car les civettes sont domestiquées, dorment en cage la journée avant d’être relâchées en fin de journée pour leur cueillette nocturne.

La visite de la ferme nous offre la possibilité de goûter de nombreux cafés et thés, faits à partir de fruits et plantes cultivés ici même. Entre autres : café-vanille, café-ginseng, café-coco, thé-mangoustan, thé-citronnelle, thé-citron, thé-gingembre… Cette dégustation mélange curiosité et ravissement gustatif, avec des saveurs que nos palais appréhendent différemment. Le thé-gingembre est particulièrement relevé.

558

Lac Bratan, quiétude et spiritualité

Le tour de charme de la dégustation a fait son effet, nous passons à la caisse après d’âpres négociations. Mais nous nous limitons sur la quantité, car notre chauffeur nous amène ensuite au marché, qui propose des tarifs plus abordables.

Dans l’après-midi, la brève averse ne nous freine pas dans notre découverte de l’un des plus beaux endroits de Bali, le lac Bratan et son temple Pura Ulun Danu. Un souffle de quiétude plane ici. La vue sur l’autre rive, montagneuse et en partie masquée par la brume nous remet en mémoire les paysages verdoyants de Sumatra.

564

565

 

579

582

 

589

Un hindouisme influencé par l’histoire culturelle

Bali est unique. De toutes les iles qui composent l’Indonésie, c’est le seul endroit non musulman. Ici, c’est l’hindouisme qui occupe les croyances, mais avec une touche très locale. La tradition s’est mêlée avec la croyance pour offrir un hindouisme comme nul par ailleurs. Les temples et les vêtements religieux sont ainsi bien différents de ceux portés en Inde.

De l’hindouisme indien se dégage quelque chose de parfois très mystique, alors que celui pratiqué à Bali semble être influencé par l’histoire culturelle de l’ile.

Les singes du Temple de Shangeh

Notre excursion se termine avec la visite du Temple des singes de Sangeh. A notre arrivée, le temple est déjà fermé depuis 10 minutes. Mais sur les recommandations de notre chauffeur, nous pénétrons tout de même sur le site. Ce lieu de culte voue un respect particulier aux singes comme le révèle l’imposante statue représentant un dieu-singe. L’endroit est réellement devenu le village des singes. Plusieurs dizaines de macaques se sont appropriés le temple et les alentours, et quémandent quotidiennement leur pitance aux visiteurs, même si la majorité préfèrent le racket à la politesse. La vigilance est de mise, les singes ne rangent jamais vraiment leur agressivité.

Mis à part l’agitation des habitants des lieux, il se dégage une certaine sérénité et un esthétisme mystique, avec ses statues, son allées d’arbres géants, son temple… De quoi clore une journée riche en découvertes, qui nous confirme que Bali regorge de richesses.

596

598

603

606

 

Comments are closed.