J1 – Ubud, capitale artistique de l’île

15 juin 2016

C’est avec le sourire de notre hôte Kompiang, qui nous apporte le petit déjeuner sur la terrasse de notre chambre, que débute agréablement notre séjour balinais. Nous consacrerons notre semaine à la région d’Ubud, ville où se concentre l’activité artistique balinaise et qui offre l’avantage d’être en position centrale, permettant de rayonner sur l’île à partir de là.

Depuis Keliki, nous rejoignons Ubud en scooter avec nos chauffeurs-hôtes. Le trajet nous offre les paysages que l’on attendait de Bali : un environnement verdoyant avec rizières, cocotiers, bananiers… Arrivés à Ubud, la réalité nous rattrape : un impressionnant flux touristique inonde les artères principales. Entre le marché, la forêt des singes, les temples, les spectacles de danse et les musées, les activités ne manquent pas.

Nous entamons notre visite d’Ubud par son marché, où la négociation est une règle. Les stands défilent et l’on se rend compte que les produits sont quasiment les mêmes, d’échoppes en échoppes, et manquent finalement d’originalité. La mondialisation et l’uniformisation de la consommation ont transformé les marchés du monde. Il est rare de trouver des marchés encore authentiques où les produits sont régionaux et variés.

Le centre d’Ubud et ses nombreuses boutiques offrent aux touristes l’occasion d’appréhender la culture balinaise avec de nombreux produits liés à l’activité artistique de la ville, axée sur la musique, la peinture, la maroquinerie, la sculpture, la décoration…

En fin de journée, c’est un autre art très balinais que nous découvrons : la danse, très ancrée dans la culture de l’ile. Une heure durant, les danseurs revisitent un conte, en plusieurs actes. La loyauté, le courage et l’amour auront eu raison des méchants de l’histoire.

Un marché nocturne pour nos papilles

Sur le chemin du retour nous menant à Keliki, le chauffeur s’arrête à un marché de nuit. Les fumées s’échappent de certaines échoppes, l’huile frétille et les aliments se font découpés ou embrochés… Nos papilles se délectent déjà. Accompagnés de 3 autres Français , nous emportons nos victuailles jusqu’à la terrasse de notre chambre où, entre compatriotes, nous nous délectons des gourmandises du marché. Entre autres, des feuilles de brick frites renfermant viande, légumes et œufs. Simple, mais efficace. Le dessert finira par caler nos estomacs : des gâteaux dans lesquels se mélangent chocolat, banane et lait concentré. De quoi trouver rapidement le sommeil avec une digestion qui n’attend pas.


Tous les récits de notre voyage à Bali

Réagissez à cet article via votre compte facebook :

Ou commentez via le formulaire du site :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *