J3 – Les trésors du quartier historique

Cette journée devait être consacrée à la visite du quartier de Sultanhamet où nous logeons. Mais quelque chose nous dit que nos fourmillements dans nos jambes vont nous emmener plus loin…

Tout d’abord, place à une des attractions phares de la ville selon notre guide, le Palais de Topkapi. Situé à moins de 15 minutes de notre hôtel nous maudissons d’avoir prolonger notre nuit pour arriver à 10h car l’affluence est au rendez-vous. Trois heures sont généralement recommandées pour le visiter. N’étant pas vraiment adeptes de ce genre d’attraction, nous savons par avance que la moitié nous suffira. Et c’est justement 1h30 après que nous quittons les lieux. L’endroit est grand, agréablement arboré, avec une vue spectaculaire sur le Bosphore et la rive asiatique mais les pièces transformées en musée ont du mal à réveiller les historiens ou plutôt les archéologues qui sommeillent profondément en nous. Ce palais vaut tout de même le détour.

A moins de 200 mètres de là, un lieu atypique nous intéresse davantage, la Basilique citerne. Cette ancienne citerne byzantine était autrefois utilisée afin d’approvisionner en eau le palais royal. Composée de nombreux pilonnes au milieu desquels stagne une eau remplie de poisson, cette construction souterraine étonnante nous offre un petit moment de fraicheur dans une ambiance tamisée avec des éclairages rouges disséminés.

Toujours dans le même quartier de Sultanhamet, le Grand Bazar – marché couvert le plus grand au monde – est un lieu incontournable. Déconseillé pour faire ses achats – ou du moins des bonnes affaires – il est constitué de stands de bijoux fabriqués avec des mains d’orfèvres, qui brillent tous plus les uns que les autres. Les allées de ce gigantesque bazar se croisent et se décroisent pour former un labyrinthe magnifique de part les produits, les devantures des boutiques et l’architecture générale du marché.

Les vendeurs se font moins oppressants que dans d’autres marchés célèbres, comme au souk de Marrakech par exemple.

Pas très loin de là, la Mosquée de Solliman le Magnifique vaut le détour. Entouré d’un très agréable parc, il y avait autrefois un hôpital, une bibliothèque, des écoles, un hammam, un restaurant et d’autres services publics. C’est une grande et magnifique mosquée que nous découvrons avec un intérieur splendide.

En redescendant de la Mosquée vers le pont de Galata, nous parcourons le quartier des grossistes ou tout et n’importe quoi se vend.

De nouveau à la lisière avec le quartier moderne, nous reportons notre visite de la Mosquée Bleue ainsi que Sainte-Sophie à plus tard pour revenir vers la Place Taksim afin de voir l’évolution de l’occupation. La place et le parc Gezi grouillent de monde et les manifestants ne semblent toujours pas déterminés à cesser leur mouvement. Des vendeurs opportunistes ont fait leur apparition pour proposer ravitaillements, drapeaux et autres gadgets de circonstance.

Nous continuons à user nos semelles et à essayer d’évacuer les calories qui se sont accumulées avec les baklavas et autres pâtisseries délicieuses depuis que nous sommes arrivés avant de rejoindre une nouvelle fois le pont de Galata. Les petits restaurants à ciel ouvert à la vue magnifique sur la rive opposée permettent d’admirer le soleil couchant qui dépose ses couleurs oranges sur la mosquée visitée ce matin.

Pour finir cette journée nous revenons sur Sultanhamet avec des pâtisseries à base de noix, pistache, miel, amande et sirop de sucre, de quoi nous fournir notre apport calorique pour une semaine ! Mais tellement délicieux…

La dégustation se fait sur la place qui oppose les deux merveilles de la ville que nous n’avons pas encore visitées : Sainte-Sophie, fermée tous les lundis, et la Mosquée Bleue, que nous allons découvrir une fois nos pâtisseries dégustées. Sans doute la plus belle mosquée de la ville, elle porte son nom non pas de part son aspect extérieur, mais de part la faïence qui recouvre tout l’intérieur dans un mélange de nuances de bleu qui la rend si célèbre.


Tous les récits de notre voyage à Istanbul

Réagissez à cet article via votre compte facebook :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *