À bord du Poudlard Express, d’Harry Potter

L’effervescence devant la locomotive vintage

Il est 10h. Le quai s’agite, fourmille de passagers impatients. Les appareils photos immortalisent les pauses devant la locomotive. Les selfies se déclenchent au bout des perches. Les plus curieux sont invités par les conducteurs à monter quelques instants au plus près de cœur de cette locomotive, où le charbon se consume. Puis, le sifflement mélodieux et vintage se fait entendre et invite enfin au voyage. Chacun prend place à bord du train et se prépare à un trajet épique, espérant rejoindre Poudlard, la fameuse école des sorciers…

De Fort William à Mallaig, au cœur des Highlands

C’est à Fort William, petite bourgade située au Nord de l’Écosse, et point d’arrivée du fameux trek West Highlands Way, que le Jacobite quitte la gare une fois par jour, pendant 6 mois de l’année, en direction de Mallaig. Le trajet, considéré comme l’un des plus beaux du monde, dure 2h20 et offre aux voyageurs l’occasion de traverser une partie des Highlands, la région montagneuse de l’Écosse, qui offre des paysage sauvages et grandioses. On monte à bord du Jacobite comme on monte à bord d’un petit train touristique. Non pas pour se transporter mais pour être transporté, à travers la nature généreuse et variées de la région et pour profiter d’un moment de détente et d’évasion.

Évidemment, ce qui fait le succès de ce train très spécial depuis quelques années est son apparition dans l’adaptation cinématographique du roman Harry Potter. C’est cette locomotive qui entraine Harry et ses amis en direction de l’école des sorciers, Poudlard. Une partie des paysages du trajet dans le film est issue de la région des Highlands. Le fameux viaduc est même au programme de ces deux heures de trajet.

C’est donc avec les images du roman ou du film en tête que de nombreux passagers prennent place à bord des wagons, à la décoration désuète et parfois kitch, notamment pour les compartiments de la première classe. Les fenêtres ne s’ouvrant que très étroitement, chacun cherche le meilleur spot dans le train afin de savourer au mieux les paysages qui commencent à défiler. Ce sont les portes situées entre les wagons, dont les fenêtres plus larges offrent un meilleur confort pour les photographes, qui attirent le plus de voyageurs. On s’agglutine, on attend, on s’incruste, on profite, on laisse sa place à d’autres… Tout le monde est emballé et ne veut rien rater de ce trajet.

Le bruit rythmé et caractéristique de l’ancienne locomotive, ainsi que les décors traversés nous transportent ailleurs. Il parait que l’école des sorciers ne sera finalement pas notre destination mais peu importe, les lacs, collines, champs, montagnes et plaines, aux couleurs automnales pittoresque suffisent à nous évader. Nos yeux savourent ce moment. Attention toutefois aux plus curieux qui tentent de sortir un peu trop leur tête par la fenêtre : les branches des arbres, que frôle le train, fouettent par moment les wagons, et la locomotive dégage des résidus de charbon qui suivent la trainée du train, et s’invitent dans les yeux et les cheveux des moins vigilants.

A mi-parcours, le sifflement alerte les passagers, pour la plupart munis d’une caméra, d’un smartphone ou d’un appareil photo, afin que chacun profite et immortalise la traversée du fameux viaduc de Glenfinnan et ses 21 arcs, connus de tous les amateurs d’Harry Potter. Malgré la vitesse réduite durant ce moment, le passage du viaduc parait court, tant on aimerait profiter plus longtemps de ce moment magique, qui offre une vue dégagée magnifique.

Déjeuner dans la ville portuaire de Mallaig

Arrivés à destination à 12h20, les passagers ont près de deux heures pour profiter d’un fish and chips, évidemment très gras, dans la ville portuaire de Mallaig avant de remonter à bord du Jacobite, pour le trajet retour. Les fenêtres sont moins prises d’assaut, la plupart des voyageurs savoure cette fois le panorama depuis leur siège. On ne se lasse jamais des paysages des Highlands, d’autant que le train est en immersion parfaite avec la nature. La Jacobite ne traverse ni village, ni route ou autre construction humaine. Uniquement la nature généreuse de l’Écosse. C’est là, la beauté de ce trajet, en parfaite harmonie avec cette région montagneuse.

Certes, Poudard n’était finalement pas au bout des rails, pas de traces non plus de sorciers dans les wagons, si ce n’est quelques fans apprêtés pour l’occasion, mais le Jacobite invite indéniablement au dépaysement et à l’évasion avec un trajet pendant lequel le temps se fige et laisse place à la contemplation. Finalement, avec cette journée, chacun repart avec un peu de magie dans les yeux.

Site officiel du Jacobite : http://www.westcoastrailways.co.uk/jacobite/jacobite-steam-train-details.cfm

Réagissez à cet article via votre compte facebook :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *