J6 – Balade dans le jardin d’Eden omanais, à Misfat Al Abriyyin

Après une nuit douce, sans vent ni froid malgré l’altitude, nous prenons notre petit déjeuner avec des visiteurs matinaux particuliers, des chèvres, aussi curieuses que gourmandes. A Oman, les chèvres et les moutons font partie du quotidien, on en croise partout. A tous nos campements nous aurons eu la visite de ces animaux, le soir, le matin et parfois la nuit ! Pourtant, ce ne sont pas des animaux sauvages, ils ont tous des propriétaires, mais circulent en totale liberté au cœur des paysages grandioses du pays.

Misfat Al Abriyyin est l’un des villages que nous apercevons depuis notre spot de camping, il s’agit d’un lieu incontournable à visiter dans la région, pour sa palmeraie. Arrivés sur place (Route 10 & 11 de l’OOR), nous partons à la découverte des jardins qui constituent une véritable oasis de verdure. Dans un environnement où la pluie se fait discrète, il est étonnant de voir autant de verdure, qui prospère grâce aux faladj, les systèmes d’irrigation. Un chemin de promenade balisé parcourt l’oasis aux airs de jardin d’Eden. Des travailleurs montent sur les palmiers pour en couper les grappes de dattes. L’air frais et le bruit de l’eau ruisselant dans les rigoles nous revigorent malgré la température matinale déjà élevée. Un endroit exquis pour une balade exotique

En fin de matinée, nous prenons la route pour la gorge de Nakhur non loin de là (Route 8 de l’OOR). A l’entrée de la gorge, le GPS nous indique qu’une heure est nécessaire pour parcourir les 5 kilomètres du canyon, ce qui nous semble exagéré avant que nous nous y engouffrons et que nous prenons conscience de l’aventure qui nous attend. Je n’ose pas parler de piste, mais plutôt d’un couloir étroit situé au fond d’un canyon où cailloux, rochers et passages à gué constituent le sol sur lequel nous devons rouler. Parfois nous doutons même sur la possibilité de passer. Les choses se compliquent encore plus lorsque l’on croise d’autres voitures en sens inverse. Il nous faudra finalement quasiment une heure pour parcourir les 5 kilomètres avant d’arriver dans un cul de sac, au village (quelques maisons seulement) de An Nakhur. Après une halte déjeuner, nous voici repartis en sens inverse. On se sent comme des explorateurs à rouler au fond de ce canyon magnifique, avec un nouveau point de vue à chaque courbe et un 4×4 qui semble pouvoir aller partout, un vrai régal !

En fin de journée, nous nous rapprochons du Grand Canyon et du point culminant du pays, Jebel Shams, à 3 000 mètres d’altitude  (Route 5 de l’OOR). Sur la route, nous nous arrêtons à un point de vue très impressionnant avec le Grand Canyon juste devant nous et le vide sous nos pieds. Nous apercevons dans le flan de la montagne un chemin sinueux qui longe le Grand Canyon, que nous emprunterons demain dans le cadre d’un petit trek. En attendant, nous continuons à rouler jusqu’aux alentours du village de Al Hayl où nous trouvons un spot encore une fois très agréable. A peine le temps de déballer nos affaires et de planter la tente qu’un berger avec un grand sourire vient à notre rencontre et reste discuter de longues minutes avec nous.


Tous les récits de notre voyage à Oman

Réagissez à cet article via votre compte facebook :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *