J1 – Arrivée en Arabie heureuse, au Sultanat d’Oman

Après un vol de nuit de 7 heures depuis Londres, nous voici enfin prêts à recharger notre corps en vitamine D, dès notre arrivée à 8h, grâce à un soleil qui ne nous quittera pas durant tout notre séjour. Nous récupérons notre 4×4 Toyota Fortuner à l’aéroport de Mascate avant de faire le plein de provisions. L’objectif est de parcourir en indépendant, aidé par l’indispensable guide papier Oman Off Road, les spots naturels les plus intéressants et de dormir majoritairement sous la tente, le Sultanat autorisant le camping sauvage dans tout le pays !

Mais avant d’enclencher le mode 4×4 et de partir à l’assaut des routes sinueuses du pays, nous nous ravitaillons en vivres à Carrefour, où nous en profitons pour acheter également le complément pour notre matériel de camping : chaises pliables, casserole, glacière, bassine… mais aussi une tente premier prix plus large que la notre, qui nous permettra d’être plus à notre aise. Le climat étant clément à Oman, pas besoin d’avoir une tente ultra-résistante.

Une fois les emplettes effectuées, nous nous rendons compte d’avoir oublié d’acheter un support pour smartphone pour la voiture, indispensable pour utiliser l’application GPS. Nous nous arrêtons à une station service, mais je reviens bredouille à la voiture lorsqu’un Omanais stationné à côté me klaxonne. Il ouvre sa vitre et s’empresse de détacher son support sur lequel était posé son smartphone afin de me le donner, avec comme seule explication un sourire. Il avait compris ce dont j’avais besoin lorsque j’expliquais à Delphine quel type de support il nous fallait ! Un geste sincère et dénué d’intérêt, mais qui nous stupéfait, jamais en France cela nous serait arrivé. “Welcome to Oman” accompagne son cadeau, que nous ne pouvons refuser. L’hospitalité des Omanais dans toute sa splendeur…

En ce premier jour, nous souhaitons longer la côte pour rejoindre le village de Ras Al Jinz, situé à l’extrême Est du pays, afin de dormir en bord de mer. Nous n’avons pas l’habitude de voyager de cette façon, avec notre propre véhicule, qui nous permet de ne pas dépendre des transports en commun, et cette sensation de liberté est très agréable, d’autant que les routes bitumées sont propres, peu fréquentées, et les paysages magnifiques.

Nous traversons la ville de Sur, surement l’une des plus agréables du pays, où nous prévoyons de revenir demain, et continuons à longer la mer jusqu’à la pointe Est du pays. Ici se trouve une réserve naturelle où viennent pondre les tortues de mer, essentiellement entre juin et septembre. C’est entre le village de Ras Al Hadd et la réserve de Al Jinz que les tortues reviennent sur la plage qui les a vu naitre des années auparavant, afin de perpétuer le cycle de la vie.

Nous arrivons sur les lieux en fin de journée et nous comprenons rapidement l’intérêt, pour ne pas dire l’obligation, de voyager avec un tout terrain. Le bitume se dérobe sous nos roues, remplacé par une piste de terre et de sable. Le mode 4×4 est enclenché et nous pouvons approcher les falaises, avec une superbe vue dégagée sur la mer d’Arabie, où nous souhaitons bivouaquer pour la nuit.

Cependant, nos plans sont contrariés par un vent puissant qui nous empêche de monter notre tente malgré tous nos efforts. Nous sommes contraints de trouver une autre solution, d’autant que la nuit pointe son nez au même moment. Nous partons pour la réserve de Ras Al Jinz, à partir de laquelle sont organisées des excursions permettant d’observer la ponte des tortues et qui offre également des possibilités d’hébergement. Mais les prix prohibitifs annoncés – plus d’une centaine d’euros la nuit – nous obligent à trouver une alternative Et c’est bien le problème à Oman. Le pays développe peu à peu son activité touristique et les solutions d’hébergement sont encore assez limitées, en nombre mais aussi en gamme. Ici, très peu de maison d’hôtes, quant aux hôtels, le bas de gamme n’existe pas, ainsi on ne trouve rien à moins de 40 euros la nuit. Nous avons donc été forcés de revenir à Sur pour trouver un hôtel. Nous ferons donc l’impasse sur l’observation des tortues, qui de toute façon – on essaye de se rassurer comme on peut ! – n’était pas une chose acquise en cette saison basse de ponte.

Conseils aux voyageurs :

  • Il est préférable d’effectuer la réservation du véhicule de location avant de partir, en utilisant des comparateurs de location.
  • Si vous souhaitez parcourir les coins les plus intéressants du pays, un 4×4 est indispensable et vous assurera tranquillité et sécurité.
  • Depuis Mars 2018, les demandes de visas doivent être faites avant de partir.
  • Pour les voyages en road trip, il est indispensable d’acheter le livre Oman Off Road, qui répertorie les lieux à visiter les plus intéressants, et qui propose des cartes et des positions satellites. Il est possible de le trouver sur Amazon ou Leboncoin, ou sur place dans le Carrefour de Mascate.
  • Également très utile, une application GPS utilisable hors ligne, comme Maps.me. Il suffit simplement de télécharger la carte avant de partir.
  • Le prix du litre d’essence est de 0,2 rials omanais (environ 40 centimes d’euros).
  • Attention aux nombreux radars à Mascate.
  • Pour trouver le Carrefour à partir de l’aéroport, il faut prendre la direction Nizwa puis rester sur la voie principale jusqu’au panneau City Center, qui est le centre commercial Carrefour.
  • Achats que nous avons effectués à Carrefour : provisions, tente, chaises de camping, charbon, allume feu, bassine, casserole, cartouche de gaz, bâche pour le sol…
  • Les excursions pour apercevoir les tortues s’organisent à partir de la réserve Ras Al Jinz, deux fois par jour, le matin très tôt et vers 21h.

Tous les récits de notre voyage à Oman

Réagissez à cet article via votre compte facebook :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *