J6 – Bangkok plurielle

La douceur des khlongs

La cité des anges est le surnom de Bangkok. La Venise du Nord est le second sobriquet dont on affuble parfois la capitale thaïlandaise. Et pour cause, elle vivait autrefois au rythme des khlongs, les canaux de la ville sur lesquels naviguaient autrefois quotidiennement les bateaux qui amarraient les maisons dont l’entrée principale donnait directement sur les eaux. Ce temps est révolu et il n’y a guère que les bateaux touristiques pour s’aventurer sur les khlongs qui ont perdu un peu de leur vie au profit de l’asphalte des routes perpétuellement surchauffé par un trafic fortement dense, à toute heure de la journée. Emprunter cet axe fluvial nous offre un autre visage de Bangkok et s’avère agréable mais moins enivrant que notre ballade sur le lac Inle et les villages sur pilotis que nous avons vu il y a quelques jours, en Birmanie.

Non loin des khlongs, au bord de la rivière se trouve Wat Arun, le temple de l’Aube. Symbole de la ville, ce magnifique temple culmine à 80 mètres de haut et offre une vue superbe sur la rivière Chao Phraya une fois montées les marches abruptes.

Jim Thomson, une maison dans un havre de paix

Le quartier de Siam Square, qui commence à nous être bien familier, sera celui dans lequel nous passerons tout l’après-midi, avec comme premier point d’intérêt la maison de Jim Thomson. Au calme, au fond d’une ruelle d’un des quartiers les plus vivants de Bangkok est érigée une maison atypique qui appartenait à un Américain qui entreprit de s’installer en Thaïlande et construit une magnifique demeure en revisitant le style architectural local. Le résultat est tel que cette maison est une attraction phare de la ville. Magnifiquement arborée, elle est entièrement construite en teck et constitue un véritable havre de paix. Depuis la disparition mystérieuse de Jim Thomson, l’aménagement de la maison n’a pas été modifié et l’on peut contempler les collections d’éléments de décoration allant de l’art chinois à l’art thaïlandais.

La boxe thaï, ce sport roi

Parmi les points d’intérêt d’un séjour à Bangkok, assister à un gala de boxe thaïlandaise fait partie des moments forts. Deux principaux stades alternent les galas mais uniquement le week-end et malheureusement nous n’aurons pas l’occasion d’assister à l’effervescence d’une soirée boxe thaï où l’ambiance est parait-il survoltée et où les paris vont bon train. Petite consolation, devant le centre commercial MBK un petit gala de deux heures est organisé tous les mercredis, à 18h.

Entre temps, nous cédons à la tentation de la climatisation, toujours la bienvenue en ce moment de forte chaleur, d’une salle de cinéma. Fait étrange pour les non-initiés, juste avant le début du film toute la salle se lève durant deux minutes en l’honneur du roi devant le mini-film retraçant sa vie, depuis sa naissance, grâce à une série de photos vieillies sur fond de musique. Ne connaissant ni l’œuvre ni la personnalité du roi nous ne pouvons porter un jugement sur cette coutume, mais l’omniprésence du portrait du roi dans toute la ville est dérangeante. Le culte de la personnalité de tout être humain, aussi bon soit-il, m’a toujours paru gênant et inapproprié.

A 18h30, dans le quartier de Siam qui dévoile tous ses néons les plus lumineux à la lueur du crépuscule, nous nous rendons devant le MBK où le ring aménagé est le centre de toutes les attentions des badauds entre deux séances de shopping. Les passerelles à l’aspect futuriste, permettant d’accéder au métro aérien ou de traverser la route principale sans encombre, sont prises d’assaut pour observer en hauteur les différents combats. Au total, trois combats rythment le début de soirée dans une ambiance loin de celle survoltée des véritables galas mais l’on sent tout de même l’enthousiasme des Thaïllandais pour ce sport roi, faisant partie intégrante de la culture du pays.

Du haut de la tour Baiyoke

En guise d’apéritif, nous nous empressons de gouter des larves ayant du succès auprès des locaux sur une des nombreuses étales de rue. Au final ce n’est ni particulièrement bon, ni particulièrement mauvais. Nous dinons dans un des nombreux restaurants improvisés sur le trottoir où nouilles et soupes constituent la base de tous les plats.

Pour clore cette journée nous rejoignons les hauteurs de la 43ème plus grande tour au monde, et la plus haute du pays, la Baiyoke Tower et ses 84 étages, idéale pour contempler Bangkok de nuit. Après s’être acquitté de 500 B chacun, nous grimpons au 83ème étage où un happy-hour inclus dans le billet nous permet de boire à volonté pendant une heure avec un magnifique panorama sur la ville. Au 84ème étage, c’est une terrasse panoramique pivotante qui nous offre un joli paysage nocturne de Bangkok illuminée.

Conseils aux voyageurs :

– Bateau : 1100 B pour deux, pour 1h

– Wat Arun : 50 B.

– Jim Thomson : 100 B.

– Cinéma : 230 B.

– Baiyoke Tower : 499 B. Le billet vous donne droit à des boissons à volonté pendant une heure dans un bar puis l’accès à la terrasse.


Tous les récits de notre voyage à Bangkok

Réagissez à cet article via votre compte facebook :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *