Départ pour la cité perdue

by 11 juillet 2008 • Carnet de voyage Pérou - BolivieCarnet de voyage Pérou - Bolivie Comments (0)

1114

Jour 27

8h du matin, nous voilà partis pour notre long périple afin de rejoindre Aguas Calientes, la ville située en contrebas du Machu Picchu. On commence par prendre un minibus de neuf personnes. Ana et Cesar sont, évidemment, de l’aventure. Le trajet en bus est bien moins connu et utilisé que le train, on comprendra pourquoi en fin de journée. Notre première destination est Santa Teresa. La route empruntée nous fait traverser des montagnes dans des paysages à couper le souffle. Malheureusement, entre route caillouteuse et virages permanents, les estomacs commencent à mal se sentir. Les feuilles de coca vont être une solution pour certains, afin de faire passer le mal.

A 13h, on arrive dans la très petite commune de Santa Teresa, perdue en pleine forêt, aux allures de jungle. Après la pause déjeuner on repart dans un autre minibus en direction de Santa Maria, à moins d’une heure de route. De là nous sommes contraints de prendre un troisième minibus en direction de Hydroelectrico, endroit où s’arrête la route. En peine forêt, les seules façons de rejoindre Aguas Calientes sont le train et la marche à pieds. Pour des raisons économiques mais aussi pour davantage d’aventure, on opte pour la deuxième.

De là, le chemin est simple, il suffit de suivre les rails du train ! Il est 16h30 quand on commence la marche. On nous annonce 2h de marche. Il ne faudra pas traîner, le soleil se couchant dans une heure. Le chemin est emprunté par d’autres aventuriers. Le décor est magique, nous suivons les chemins de fer en pleine jungle, à deux pas du Machu Picchu, qui se trouve en hauteur, quelque part derrière les montagnes.

On se fera dépasser par le train transportant les moins vaillants des touristes. La route est magnifique et nous offre un cadeau superbe, on aperçoit la montagne du Machu, le Wayna Picchu, mais du versant opposé. On est subjugué par l’ensemble des montagnes qui forment un visage à l’horizontal. Les fameuses photographies du Machu, prises du point de vue habituel, permettent de distinguer derrière la cité perdu inca un visage gigantesque couché à l’horizontal, formé naturellement par les montagnes. Une des légendes veut que les Incas aient choisi ce lieu pour construire le Machu à cause de ce visage, qui veillerait sur eux. La vue qui nous est offerte sur ce versant de la montagne est encore plus stupéfiante, on distingue encore plus nettement le visage, avec l’œil et les dents ! Magique ! On se sent ainsi récompensé de nos efforts pédestres.

125-Machu-Picchu

126-Machu-Picchu

127-Machu-Picchu

128-Machu-Picchu

L’heure tourne, les torches sont de sortie afin de pouvoir continuer notre trajet malgré la nuit tombée. Ana et Delphine ne sont pas rassurées de marcher ainsi dans le noir complet à travers la jungle machupichienne à l’heure où des bruits étranges se font entendre dans les buissons environnants. 2 heures plus tard, c’est fatigué que l’on arrive à Aguas Calientes. La marche a été une très belle aventure, beaucoup plus intéressante que ne l’aurait été le train.

Aguas Calientes ne présente que très peu d’intérêt. Petite ville où tout se fait à pieds, les touristes y sont partout. C’est le passage obligé pour aller au Machu. Restos, bars et marchés, tout est fait pour que les touristes dépensent, les tarifs y sont excessifs. Restaurant, bar puis couché à 1h afin d’avoir un minimum de repos.

Comments are closed.