Maninjau, un cratère devenu lac

by 1 avril 2015 • Carnet de voyage SumatraCarnet de voyage Sumatra Commentaires fermés

887

Jour 15

La fin de notre séjour indonésien approche. Avant de rejoindre la grande ville de Padang qui nous permettra de prendre notre avion en direction de Kuala Lumpur, il nous reste un lieu à découvrir, le lac Maninjau. Au réveil, nous sommes une nouvelle fois émerveillés par la vue depuis notre bungalow. Les nuages au pied du volcan se lèvent peu à peu et deviennent un sujet photographique.

542

545

547

En route pour Bukittinggi

Nous laissons à contrecœur Harau et sa vallée qui auraient mérité un ou deux jours de plus. Comme toujours, la durée limitée de notre voyage nous contraint à faire des choix et donc à renoncer à d’autres. Le trajet pour aller jusqu’au lac Maninjau est divisé en trois étapes. La première nécessite de monter à bord d’un ojek – un semblant de sidecar – pendant quelques kilomètres pour atteindre le village de Tanjin Pati. De là, un minibus rejoint Bukittinggi en une heure, puis un mini-van effectue la dernière liaison en une heure.

Il est très simple de se déplacer à Sumatra, les moyens de transports sont variés : ojek, pick-up, minibus, mini-van, bus touristiques… Il est également facile de trouver une correspondance, les chauffeurs nous guident toujours vers les véhicules suivants à emprunter.

Peu avant midi, nous effectuons la troisième et dernière étape du voyage avec un mini-van qui traverse la magnifique région de Sumatra Ouest pendant une heure avant d’arriver en surplomb du lac Maninjau que l’on peut voir dans son intégralité contrairement au lac Toba visité en milieu de séjour dont la superficie démesurée (plus grand lac d’Asie) ne permettait pas d’avoir une visibilité sur tout son ensemble.

Le lac Maninjau au bout des 44 lacets

Le lac Maninjau mesure 7 km de large et 16 km de long. Le tour complet du lac via la route principale représente environ 60 kilomètres. Le lac se trouve en contrebas, entouré d’une chaine de collines. Sa formation tel un cratère confirme une ancienne activité volcanique. La descente vers le village de Maninjau se fait par la fameuse route aux 44 lacets de montagne numérotés qui nous permet de descendre de 400 mètres d’altitude en peu de temps. Sous le soleil tapant nous trouvons une guesthouse à deux pas du carrefour principal, mais l’absence de vue sur le lac depuis la chambre nous fera chercher un autre hébergement pour demain au cours de la découverte des environs dans l’après-midi.

548

559

561

562

563

Coucher de soleil à Maninjau

Depuis la terrasse de notre hôtel nous avons enfin le loisir d’assister à notre premier coucher de soleil coloré à Sumatra. La coloration du ciel change toutes les dix secondes et éclaire une dernière fois aujourd’hui le lac et les montagnes qui l’entourent. Nous discutons avec le très sympathique tenancier de la guesthouse qui a la chance de pouvoir observer ce coucher tous les soirs.

Les restaurants ne sont pas légion à Maninjau et nous éprouvons quelques peines à trouver un lieu nous permettant de nous rassasier. Nous entamons une discussion intéressante avec le gérant du restaurant qui nous explique que le ralentissement de l’activité touristique a eu des conséquences négatives sur l’économie de l’île.

567

568

573

575

581

 

Conseils aux voyageurs

- Trajet Vallée d’Harau-Maninjau : trois étapes sont nécessaires. La première est faite en ojek (moto avec siège tracté) jusqu’au village de Tanjin Pati : 15 000R. La seconde en bus jusqu’à Bukittinggi : 20 000R. Enfin, un mini-van permet d’arriver à Maninjau pour 30 000 R.

Hébergements :

- Mutiara GH : 100 000 R / 150 000 R. Simple, terrasse collective avec une très belle vue sur le lac, tenancier très sympa.

- Muaro Beach Bungalows : 100 000 R / 200 000 R. Très rustique, pas trop de charme.

- Bagoes/Beach GH : 75 000 R / 100 000 R / 150 000 R. Très sympa, cadre agréable avec vue sur le lac. Café et restaurant. Notre GH préférée.

 

 

Comments are closed.