J9 – Aqaba, comme une odeur de vacances

Une lutte acharnée avec un moustique qui s’est mystérieusement infiltré dans notre tente – que fait-il en plein désert ? – ne nous aura pas enlevé le plaisir d’une seconde nuit au Wadi Rum.

6h, notre ami Abdullah prépare déjà le petit déjeuner avant même que le soleil ne fasse son apparition. Toujours près de son réchaud à gaz multifonction : la bouilloire cède sa place au pain traditionnel, plus proche du naan indien que de notre baguette, qui nous aura au final pas manqué tant le pain de substitution made in Jordan est appétissant.

La proximité du camp d’Abdullah avec l’entrée du désert nous permet d’être à 7h30 dans le bus après avoir chaleureusement remercier notre hôte de son hospitalité et de sa gentillesse. Cette rencontre aura été la plus marquante de notre séjour.

Station balnéaire

A Aqaba, changement de décor : la Mer Rouge contribue à faire de cette ville du Sud la principale station balnéaire du pays. Le climat favorise ce fait, avec plus de 25° dès le matin et un soleil radieux. Aqaba a d’original sa proximité avec trois autres pays : l’Égypte et Israël séparés par la mer et l’Arabie Saoudite, pays frontalier.

Deux possibilités s’offrent aux touristes pour les nuitées sur place : le centre-ville qui n’offre apparemment pas trop d’intérêt mis à part une certaine animation, et un ensemble de trois hôtels (bientôt plus) situés plus au Sud, à 10 km du centre, et qui offre des spots de plongée et de snorkeling intéressants. Sur les conseils de notre hôtel à Pétra, notre choix se porte sur la zone hôtelière du Sud, avec le Darna Hotel, face à la mer, mais séparé par la route.

En début d’après-midi nous louons le matériel pour le snorkelling et partons à la Mer Rouge. Malgré un corail qui vaut le détour nous sommes déçus par l’état de la place, qui oblige à se faufiler entre mégots, emballages et déchets alimentaires. Vraiment dommage. Le manque d’entretien de la plage ne nous fera pas rester plus d’une heure.

En fin de journée nous partons pour le centre-ville ou nous avions rendez-vous avec Jean Baptiste, un des Français rencontrés à Dana et que nous avons recroisé ce matin. Notre première préoccupation est d’acheter les billets de bus pour notre trajet du lendemain pour la ville d’Amman. De là nous redescendrons de 50 km pour finir notre séjour à Madaba. C’est au bureau de la compagnie JETT que nous achetons nos sésames. Au passage nous pouvons admirer la magnifique mosquée.

Aux dires du Lonely Planet ainsi que de récits lus sur le net, le centre-ville ne présente pas d’intérêt particulier. Pourtant, nous trouvons cette petite station balnéaire plutôt agréable avec ses palmiers, sa plage, son animation et ses innombrables petites boutiques qui respirent la vie. Rien à voir avec notre lieu de villégiature perdu à quelques kilomètres d’ici. JB nous fait découvrir un resto local ou les chawarma – sorte de kebab avec du houmous et des légumes – régalent nos papilles. Les nombreux locaux et le temps d’attente en disent long sur la qualité du lieu.

Après le diner nous nous immergeons dans l’ambiance nocturne de la ville sur la plage très animée, pour une détente bière-chicha pendant laquelle nous refaisons le monde avec notre vision orientée du voyageur. Une très bonne soirée qui se finit à minuit passé alors que la ville n’a pas éteint ses lumières et où l’activité s’est détendue mais pas relâchée. Pour faire les 10 km nous séparant de notre hôtel ce ne sont pas les propositions de locaux qui s’improvisent taxi qui manquent. Il est assez simple en Jordanie de pouvoir trouver des chauffeurs privés moyennant quelques JD. A priori rien à craindre à ce niveau car le pays est vraiment sûr.

Il est déjà loin le rythme du désert où nous rejoignions nos lits à 21h au plus tard. Ce soir c’est à 1h30 que nous partons à la rencontre de Morphée.

Conseils aux voyageurs

– Le trajet en bus du Wadi Rum à Aqaba : 3,5 JD. Environ 1h30

– Hébergement : éviter la zone des hôtels Bedouin Garden Village et Darna Hotel à moins d’être à la recherche d’une piscine. Les chambres sont propres mais chères, le repas est cher et mauvais. Il est préférable de dormir au centre puis de venir une demi-journée pour faire du snorkelling ou de la plongée. Le centre-ville est bien plus sympa, les tarifs sont bien plus faibles et on y mange mieux.

– Du centre d’Aqaba : compter 10 km pour aller à la zone des hôtels/snorkelling. En taxi : 5 JD. Il est possible de faire du stop et de proposer 1JD par personne au chauffeur.

– Snorkelling : au Darna Hotel, la location du matériel pour le snorkelling est de 5 JD.

– Trajet Aqaba-Amman :  il existe 2 compagnies de bus, dont JETT. Ils proposent 6 départs / jour. Tarif : 8,80 JD.

– Sur la plage : si vous vous installez sur les chaises avec une consommation, refuser de payer une location imaginaire demandée par certains pour la table et les chaises. Un refus ferme les fera rebrousser chemin.


Tous les récits de notre voyage en Jordanie

Réagissez à cet article via votre compte facebook :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *