J3 – La route de l’impossible

Langtang : une réserve protégée, terrain de jeu des trekkeurs

Le Népal est un pays dont le caractère a été façonné par la nature, avec une prédominance de montagnes qui en fait une destination phare dans le monde entier pour les amateurs de randonnées et d’alpinisme. Les voyageurs qui souhaitent flirter avec les altitudes himalayennes ont l’embarras du choix, avec des circuits de difficultés et de durées différentes. Les treks les plus réputés sont le tour des Anapurnas, le camp de base de l’Everest, le Mustang, le Dolpo et celui de la vallée du Langtang. C’est ce dernier qui aura notre préférence pour une aventure d’une semaine.

Le trek de la vallée du Langtang regroupe des critères intéressants qui ont déterminé notre choix : une durée raisonnable (environ une semaine), une fréquentation modérée (elle augmente pourtant d’années en années), des paysages magnifiques, et une logistique simplifiée par la présence de lodges disséminés sur la route, nous évitant ainsi de bivouaquer. Petit bémol, le parcours se fait en aller-retour.

Afin de ne pas négliger le mal des montagnes, qui peut entrainer de graves complications de santé s’il n’est pas traité, des étapes doivent être respectées pour s’acclimater progressivement à l’altitude. Il faut ainsi trois jours pour atteindre le village le plus haut, Kyajin Gompa, à 3870 m, et deux jours, voire un pour les plus sportifs, pour redescendre en bas de la vallée. De Kyanjin Gompa, il est possible de rester plusieurs jours afin de profiter des spots de randonnées à la journée, dont certains permettent de prendre encore plus de hauteur.

Le parc national du Langtang est une réserve protégée nécessitant un droit d’entrée ainsi qu’un permis de trekking. D’une superficie de 1 700 km2, il abrite des espèces animales rares telles que le léopard des neiges et le panda roux, que nous n’osons espérer voir, tellement ces animaux savent se faire discret.

Un trajet épique

Située à environ 120 kilomètres de Katmandou le trajet constitue, parait-il, une épreuve à part entière, avec une durée estimée entre 7h et 11h selon la saison, des routes parfois très chaotiques et surtout assez dangereuses sur certaines portions. Des accidents mortels ont lieu tous les ans, essentiellement durant la saison des pluies.

Nous voilà à 7h du matin dans notre petit bus qui n’a de « deluxe » que l’appellation. Quant à l’heure d’arrivée, cela reste un mystère.  Nous sommes une vingtaine de voyageurs et guides à prendre place dans un bus réservé aux touristes car il n’effectuera aucun ramassage. La route sinueuse nous fait prendre de la hauteur, jusqu’à 1950 m, puis redescendre à 1500 m, et nous fait passer dans la verdoyante nature himalayenne de basse altitude, avec les typiques cultures en terrasses, asséchées en cette saison pré-hivernale.

La route déformée et l’état pitoyable du bus nous font ressentir la moindre imperfection de la chaussée. Les amortisseurs sont en fin de vie depuis quelques années… Parfois la route ne rassure pas les voyageurs, lorsque les roues arrières du bus se rapprochent dangereusement des précipices de plusieurs centaines de mètres. Sur certains tronçons des marques évidentes d’éboulements récents au-dessus et en-dessous de la route ne sont pas pour nous rassurer. Il y a quelques semaines, en pleine saison des pluies, un éboulement a provoqué la mort de nombreux passagers d’un bus. Heureusement que ces passages délicats ne sont pas si nombreux et ne durent que quelques minutes.

Finalement, c’est après 7h de route et plusieurs contrôles des permis de trekking que nous arrivons enfin au village-départ de Syabru Besi. Quoique fatiguant et mouvementé, le trajet ne nous aura heureusement pas fait vivre l’enfer attendu, grâce à une saison favorisant une météo clémente.

Conseils aux voyageurs :

Le trek de la vallée du Langtang : préférez la période allant de la mi-octobre à la fin novembre pour éviter la saison des pluies qui vient de se terminer et la saison hivernale qui va débuter.

Trajet Katmandou-Syabru Besi : il y a trois bus, à 6h30, 7h et 7h30. Préférez celui de 7h, il est direct. Il est appelé « bus touristique » ou « bus deluxe ». Tarif : 500 R (4 €). A prendre à New Bus Station, au Nord de Katmandou. Il est préférable d’acheter le billet la veille, directement à la station.

Hébergement à Syabru Besi : Boudha Hotel, simple, eau chaude, salle de bain extérieure. Tarif : 300 R (2/3 €). Yala Peak, mêmes prestations que Boudha Hotel. Nous avons pu négocier la gratuité de la chambre à condition de prendre diner et petit déjeuner.


Tous les récits de notre voyage au Népal

Réagissez à cet article via votre compte facebook :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *